La représentation nationale autorise le gouvernement togolais à ratifier l’accord relatif aux services aériens signé avec le royaume d’Arabie Saoudite le 24 février 2016 à Djeddah. Le projet de loi sur la question soumis à l’assemblée nationale en août 2018 a été adopté mardi à l’unanimité. Dans le même temps, le projet de loi relatif à l’adhésion du Togo à la constitution de la Commission Africaine de l’Aviation Civile (CAFAC) et celui autorisant la ratification du protocole portant amendement de la convention relative aux infractions et à certains autres actes survenant à bord des aéronefs ont été aussi adoptés. 

A l’occasion du 30è sommet de l’Union Africaine (UA), les Chefs d’Etat d’Afrique ont lancé le processus du Marché Unique du Transport Aérien en Afrique (MUTAA), un projet crucial de l’agenda 2063 de l’Union. Ils avaient également désigné le Chef de l’Etat togolais pour conduire le processus. Jeudi, le ministre des infrastructures et des transports, Ninsao Gnofam et le Directeur général de Société Aéroportuaire de Lomé Tokoin (SALT), le Colonel Dokissime Gnama Latta ont expliqué à la presse à Lomé  les raisons qui sous-tendent la désignation du Chef de l’Etat du Togo pour conduire un tel projet.

Malgré le fait que sa part de marché n'est à peine que de 3% du trafic aérien mondial, l'Afrique détient le triste taux élevé d'accidents d'aviation. Cette réalité doit conduire les États africains à se conformer aux exigences et aux normes internationales, selon le ministre togolais en charge des Transports. Pour y parvenir, il est ouvert lundi à Lomé une Conférence de haut niveau sur l'amélioration de la fourniture des Services de Recherches et Sauvetage (SAR) en Afrique.

  1. Populaires
  2. Tendance

Facebook

Fermer