Des forces de sécurité du Togo ont tiré jeudi des coups de feu à balles blanches à Lomé. Ils essayaient ainsi de neutraliser des terroristes qui ont réussi à s'introduire dans l'enceinte de l'Institut Français du Togo et tentaient de prendre en otage le personnel de cette institution. La réaction des forces spéciales anti-terroristes des Forces armées togolaises a été immédiate. Après plusieurs heures d’échanges de coups de feu, les terroristes ont été maîtrisés.

La 3e session de la grande commission mixte Togo-Burkina Faso s’est ouverte lundi à Lomé. Les travaux sont co-présidés par la ministre togolaise de la planification et de la coopération, Tignokpa Demba et le ministre burkinabè des affaires étrangères, Alpha Barry. A l’occasion, le chef de la diplomatie burkinabè a salué l’apport du Togo en matière de renseignement dans la lutte contre le terrorisme au pays des hommes intègres.

La 4è réunion des ministres en charge de la sécurité et des frontières du Conseil de l’Entente a pris fin vendredi à Lomé. Axée sur la détérioration de la situation sécuritaire dans l’espace Entente, les nouvelles menaces et approches nationales et sous-régionales, la réunion a été une aubaine pour les experts de s’accorder sur l’importance pour les Etats membres d’avoir une compréhension partagée en vue de venir à bout de l’extrémisme violent. Des recommandations ont été formulées à l’intention de la Conférence des Chefs d’ Etats et de gouvernement dans ce sens.

Sur les 5 pays qui composent le Conseil de l’Entente, 4 ont fait les frais du terrorisme ces dernières années. Face à la situation, les experts en charge de la sécurité des pays membres ont débuté mardi à Lomé leur 4è réunion sur le thème : « Détérioration de la situation sécuritaire dans l’Espace Entente, nouvelles menaces, nouvelles approches nationales et sous-régionales ». Les travaux qui courent jusqu’au 19 septembre prochain ont été officiellement lancés par le Colonel Yotroféi Massina, représentant le ministre togolais de la sécurité et de la protection civile.

Le Chef de l’Etat togolais séjourne depuis mardi à Londres. Faure Gnassingbé participera au débat annuel sur les investissements dont il est l’invité d’honneur cette année. Au premier jour de son séjour, le président togolais s’est exprimé sur la situation sécuritaire en Afrique de l’ouest et le rôle du Togo au Chatham House où il a été convié. Il a évoqué les meilleurs remparts contre le terrorisme.

C’est désormais une certitude. Le terrorisme, cette nébuleuse qui sévit dans le sahel s’étend vers les pays côtiers ouest-africains. Suite à l’alerte donnée en avril dernier par les renseignements burkinabé, les Forces armées togolaises (FAT) ont renforcé leur présence dans le Nord du pays pour parer à toute éventualité. Le dispositif déployé a permis de mettre la main sur un principal chef djihadiste burkinabè.

Le gouvernement togolais s’organise contre l’extrémisme violent. Réuni en Conseil des ministres mercredi, il a adopté un projet de loi relatif à la sécurité intérieure. En dehors de ce dispositif juridique, les pouvoirs publics ont également pris un décret fixant les contours du comité interministériel de prévention et de lutte contre l’extrémisme violent (CIPLEV).

Un mini-sommet sur la sécurité et la lutte contre le terrorisme dans la sous-région ouest-africaine s’est tenu vendredi à Accra. Il a réuni les Chefs d’État du Togo, du Burkina Faso du Bénin, du Ghana et le Vice-Président de la Côte d’Ivoire représentant le Président Alassane Ouattara. D’importantes décisions ont été prises à l’issue de la rencontre.

Des acteurs de la Société civile du Cameroun, du Niger, du Nigéria et du Tchad participent à Lomé depuis lundi à une rencontre de renforcement de capacité organisée à leur intention par le Centre régional des Nations Unies pour la paix et le désarmement en Afrique  (UNREC). La rencontre vise à intégrer les perspectives genres en matière de désarmement, de non-prolifération et de contrôle des armes dans la région du Lac Tchad. L’atelier a été ouvert par le ministre togolais en charge de la sécurité, Damehame Yark en présence de la représentante résidente du PNUD au Togo, Khardiata Lo-N’Diaye et du directeur de l’UNREC, Anselme Yabouri.

Le président togolais, Faure Gnassingbé a effectué samedi un déplacement à Bamako où se déroule depuis jeudi une conférence sur « la situation sécuritaire dans le Sahel et en Afrique de l’Ouest ». En sa qualité de Président en exercice de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO, Faure Gnassingbé a prononcé un discours dans lequel il a déclaré qu’il faut agir beaucoup plus pour venir à bout du terrorisme.

  1. Populaires
  2. Tendance

Facebook

Fermer