Il est une évidence que la majorité des togolais n’ont pas de pièces d’identité, à commencer par l’acte de naissance. Et pour corriger cette situation, le législateur a prévu un mécanisme permettant de délivrer aux citoyens, un jugement supplétif ou rectificatif, valant acte de naissance. La délivrance de ce document a été transformée en un business dans la plupart des tribunaux à travers le territoire. Dans cette période d’urgence, Pius Agbetomey, le garde des sceaux donne des ordres et met en garde.

Le ministre togolais de l’administration territoriale a donné jeudi le ton à la célébration au Togo de la première journée africaine de l’enregistrement des faits d’état civil et de l’établissement des statistiques d’état civil. Prévue pour être observée chaque 10 août par l’Union Africaine, cette journée sera marquée par plusieurs activités au Togo. La célébration démarrée jeudi sera une occasion pour sensibiliser le public sur l’importance de l’enregistrement des faits d’état civil. A l’occasion, le ministre Payadowa Boukpessi appelle les parents à déclarer les naissances et à retirer les actes une fois établis.

  1. Populaires
  2. Tendance

Facebook

Fermer