L’ambiance des grands jours tarde  à revenir sur le campus universitaire de Lomé après les nouvelles échauffourées du mardi entre étudiants et forces de l’ordre et de sécurité. Malgré l’accalmie, le temple du savoir a été complètement déserté ce mercredi par les potentiels occupants. En lieu et place des étudiants, on ne retrouve que des hommes en treillis.

Tout comme l’Assemblée générale tenue la semaine dernière par le Mouvement pour l’épanouissement de l’étudiant togolais (MEET) qui s’était achevée en queue de poisson, le regroupement auquel la Ligue togolaise des droits des élèves et étudiants (LTDE) a appelé mardi les étudiants, n’est pas allé à son terme. Les étudiants qui commençaient à se regrouper ont été rapidement dispersés par la police universitaire aidée comme toujours par les forces de l’ordre et de sécurité. Des affrontements ont été notés entre les forces de l’ordre et les étudiants, bastonnés pour la plupart.

L’Assemblée générale que tenait mardi le Mouvement pour l’épanouissement de l’étudiant togolais (MEET) s’est achevée en queue de poisson. Des étudiants regroupés devant l’Amphi 600 où les leaders du mouvement estudiantin comptaient s’exprimer depuis le balcon ont été dispersés. L’on a ensuite assisté à des courses-poursuites entre étudiants et forces de l’ordre. Le président de l’Université de Lomé s’est expliqué et a condamné l’attitude du MEET.

L’Assemblée générale que tenait mardi le Mouvement pour l’épanouissement de l’étudiant togolais (MEET) a tourné en affrontement entre les étudiants et les forces de l’ordre et de sécurité. Actuellement, l’on assiste à des courses-poursuites.

Alors que plusieurs doutent de l'incendie de sa chambre, Foly Satchivi, vient de donner une conférence sur la question et parle d'une tentative d'homicide volontaire sur sa personne. Le président de la Ligue Togolaise des Droits des Étudiants (LTDE) porte plainte contre les présumés acteurs de cet incendie et exige que justice lui soit rendue.

Mécontente de n'avoir pas pu discuter lundi dernier avec le ministre Nicoué Broohm de l'enseignement supérieur, la ligue togolaise des Droits de l'étudiant (LTDE) annonce une grande manifestation publique à Lomé le 15 juillet prochain. La marche qui traversera les grandes artères de la ville de Lomé sera l'occasion pour les étudiants regroupés au sein de cette organisation de "dénoncer les conditions actuelles d'études à l'Université de Lomé".

Les revendications des étudiants de Lomé fusent désormais de partout. A la suite de la LTDE, c'est le tour du Collège des Délégués de la Faculté des Sciences de se faire entendre. Dans un courrier qu'il vient d'adresser au Doyen de la FDS et au Président de l'Université de Lomé, le Collège pose une pile de revendications et menace de réactiver la flamme des manifestations.

Foly Satchivi vient de faire sa première sortie médiatique deux semaines après son procès. Mardi le Président de la Ligue Togolaise des Droits des Étudiants (LTDE), et son bureau ont donné une conférence de presse à Lomé. Foly Satchivi et les siens posent de nouvelles revendications aux autorités universitaires et demandent aux camarades étudiants de boycotter les prochains examens de mousson si celles-ci ne sont pas satisfaites.

Foly Satchivi va-t-il suivre les pas d’Abou Sedou, l'ancien président du Mouvement pour l'épanouissement de l'étudiant du Togo (MEET) ? Difficile pour l'heure de répondre. Cependant, le leader de la Ligue togolaise des droits de l’étudiant (LTDE) indique qu'à la prison civile de Lomé, il avait toutes les opportunités de finir comme l’ex leader du MEET.

Le ministre togolais de la fonction publique, du travail et de la réforme administrative se prononce de nouveau sur les revendications corporatistes. Intervenant mardi sur une radio locale, Gilbert Bawara a donné la position du gouvernement par rapport aux réclamations des greffiers et sur les mouvements estudiantins.

  1. Populaires
  2. Tendance

Facebook

Fermer