La France a rendu lundi hommage à Jacques Chirac, l’ex-chef d’Etat décédé la semaine dernière. Plusieurs dirigeants du monde ont pris part à la messe de funérailles dont le Président togolais, accueilli sur les lieux par Edouard Philippe, le Premier ministre français. Faure Gnassingbé sera ensuite reçu à l'Elysée pour un déjeuner offert aux hôtes.

Déclaré introuvable à New-York depuis mardi par un groupe de togolais vivant aux Etats-Unis, le président togolais, pourtant présent sur le territoire américain, s’est signalé mercredi à la 2e édition du « One Planet Summit ». Faure Gnassingbé qui était invité à cet important rendez-vous sur le climat par son homologue français, Emmanuel Macron, a pris la parole lors du panel sur la protection des populations vulnérables.

L’ambassadeur de France au Togo, Marc Vizy a fait part des espérances de son pays quant à une sortie de crise au Togo grâce aux recommandations de la CEDEAO. L’organisation communautaire se réunit dans deux semaines à Lomé et M. Vizy indique que son pays a espoir que la situation sera débloquée pour la relance du développement économique et social qu’attendent les togolais. Pendant ce temps, le gouvernement togolais s’engage à faire aboutir les réformes au centre de la crise.

La dernière réaction d’Emmanuel Macron au sujet de la crise togolaise n’a pas fini de cristalliser les attentions. La déclaration du président français au Nigéria selon laquelle le statu quo n’est plus possible au Togo fait réagir le « Mouvement En aucun Cas ». Devant la presse mercredi à Lomé, le Mouvement a fait quelques observations sur la position du président français. Foly Satchivi et compagnie appellent les togolais à ne pas attendre une solution de la CEDEAO ou de la France mais à rester mobilisés pour leur libération.

Comme indiqué par la Présidence française, la visite de travail d’Emmanuel Macron chez son homologue du Nigeria, Muhammadu Buhari a également permis de discuter des questions politiques de la sous-région ouest africaine dont la crise politique en cours au Togo depuis plus de 10 mois. Et se prononçant sur la question, le Chef de l’Etat français a indiqué que le statu quo n’est pas possible au Togo. Par la même occasion, il a levé un coin de voile sur le schéma de sortie de crise.

Des togolais de la diaspora ne cessent d’interpeller le président français, Emmanuel Macron au sujet de la crise politique que traverse le Togo depuis bientôt dix (10) mois. Encore sollicité en marge du sommet du G7 qui se déroule à Montréal au Canada, Emmanuel Macron s’est déclaré favorable à une alternance mais aussi à l’organisation des élections pour permettre aux togolais de s’exprimer. Toutefois, le chef de l’Etat français ne demandera pas à Faure Gnassingbé de quitter le pouvoir parce que respectant la souveraineté du Togo.

En marge du 5è sommet Europe-Afrique qui se tient à  Abidjan en Côte d'Ivoire, le Président français s’est prononcé sur le manque d’alternance sur le continent africain et sur la crise politique en cours au Togo. Emmanuel Macron qui s’est prononcé en faveur des réformes devant permettre des processus électoraux libre et démocratique, a également estimé que la longue conservation du pouvoir n’est pas une bonne chose. Des déclarations qui paraissent ambiguës aux yeux de plusieurs togolais. L’opposition et le pouvoir y vont de leurs commentaires.

L'élection d'Emmanuel Macron comme président de la France suscite plusieurs commentaires sur le continent africain. Au Togo, Jean-Pierre Fabre, le Chef de file de l'opposition pense que les africains doivent se prendre en charge et ne rien attendre de la politique africaine de la France.

Faure Gnassingbe n'a pas besoin d'attendre le lever du jour pour adresser ses félicitations au nouveau président français. A peine élu, Emmanuel Macron a reçu dimanche, le message de félicitation de son homologue du Togo.

  1. Populaires
  2. Tendance

Facebook

Fermer